Cannes Pêche

Cannes Pêche

Le Loup (Bar)

Le Loup ( Bar)

loup-bar-portion.jpg

Le bar est le Graal du pêcheur. Encore faut-il savoir le trouver et utiliser la technique adaptée. Vous apprendrez ici à le débusquer et saurez adapter votre technique à son comportement.

 

Période de Pêche :   Avril à Décembre

Taille Minimale :      42 cm

 

Introduction

Le bar est le poisson noble par excellence ; il est la proie privilégiée du pêcheur. Ses techniques sont nombreuses et sa pêche nécessite une bonne connaissance de son comportement. Avant d’entrer dans le détail des techniques de la pêche au bar, vous devez apprendre à le trouver. Il ne se pêche pas n’importe où ni n’importe quand. Cet article vous aidera à appréhender son comportement.

En mars-avril

Les mois de mars-avril marquent le début de la saison du bar : ces derniers - qui s’étaient retirés au large pendant la période hivernale - se rapprochent des côtes dès le début du printemps.

Après plusieurs jours de beau temps caractérisé par un air relativement doux, le bar se décide à quitter le large. Il ne se rapproche pas immédiatement le long des côtes car la nourriture y est encore insuffisante. Il reste au semi-large dans des eaux assez profondes, souvent le long des plateaux rocheux ou près des pointes rocheuses.

A cette époque, il faut donc privilégier la pêche en bateau, aller le chercher au semi-large, et ne pas hésiter à descendre en profondeur grâce par exemple à des leurres métalliques lestés - les Jigs - ou des leurres souples plombés - comme le Shad.

De début mai à fin juillet

En début de saison, les bars fréquentent principalement le petit large. Puis, ils se rapprochent des côtes des début mai jusqu'à fin juillet voire septembre dans certains endroits notamment dans les zones de conchylicultures dont les parcs à huîtres. Ces mollusques en période de reproduction en libérant leur laitance attirent de nombreux animaux qui serviront de nourriture aux crevettes, crabes et alevins. cette abondance de nourriture est une aubaine pour les bars.


Dans la deuxième moitié du printemps, les bars se prennent de plus en plus fréquemment à la côte. Le pêcheur peut donc commencer la prospection depuis les rochers. Les bars ne montent pas encore en surface avec régularité. Il est donc préférable de laisser ses leurres de surface pour plus tard. Pêcher avec un poisson nageur ou une bombette est une meilleure option.


Notons que le mois de juin est excellent. Les bars sont très actifs et recherchent le lançon sur les plages et les bancs de sables. On peut pêcher le bar au lançon vivant, soit en bateau au-dessus des bancs de sable, soit à la bulle lorsqu'on pêche sur les plages. Dans ce dernier cas, il faut se rendre sur la plage lors de la deuxième moitié du baissant, lorsque les lançons viennent s'ensabler. On utilisera une bulle, un bas de ligne de 1,50 mètre sans plomb, et un hameçon simple numéro 2.


A la saison chaude, les bars entrent dans une torpeur diurne qui peut gêner le pêcheur. Il faudra s'adapter, notamment en pêchant très tôt le matin et à la tombée de la nuit, périodes où les bars redeviennent particulièrement actifs. En été, les bars sont actifs au crépuscule).


Le sprat est arrivé sur les côtes, une bonne option est donc de repérer les chasses et d'y lancer son leurre. On peut pratiquer le bar depuis le bord comme en bateau. Notons que le petit Water Monitor est le leurre parfait pour pêcher dans les chasses.Il reste des possibilités en bateau durant la journée, mais le pêcheur devra beaucoup prospecter avant de trouver les bars actifs. Le leurre souple en lancer-ramener est une bonne option pour la prospection en pneumatique des rochers de bordure. On peut également pêcher les plateaux rocheux du semi-large en verticale.

En août

Début août, souvent après la première grande marée, les bars viennent plus volontiers sur les plages en journée pour y trouver des lançons, crabes, petits poissons plats, et la nuits des encornets.

De septembre à novembre

Les touristes s'en sont allés, les scooters des mers, et les skieurs avec. Il fait nettement moins chaud, les bars vont petit à petit revenir à la côte. En octobre, le bar préfère retourner chasser au petit large où lançons, tacauds, merlans et petits maquereaux abondent.

En décembre

Courant décembre, on retrouve en Bretagne de très gros bars à la côte sur les plages et les estuaires. Fin décembre et début janvier, la recherche de nourriture se ralentit. En dessous d'une température d'eau de 12°C le bar à tendance à se cantonner au fond. Lorsque la température descend en dessous de 7°C le bar ne s'alimente plus.

De fin décembre jusqu'à mars-avril

On parle alors de la saison de frai. Pendant cette période, le bar se reproduit. A ce moment, les bars se regroupent au large en énormes bancs pour frayer ; ils disparaissent pratiquement complètement des côtes.La pêche du bar l'hiver est souvent peu rentable. Cependant, au début de l'hiver, il reste encore des bars actifs à capturer. On peut notamment les rechercher en surfcasting, à l'aide d'un appât naturel de bonne taille, comme une sardine entière.Mais durant l'hiver, les bars adultes entament la migration de reproduction vers le large. Il ne reste que des juvéniles sur les côtes. Il est déconseillé de pêcher au ver durant la deuxième moitié de l'hiver, pour éviter de capturer ces juvéniles.

 

Les différents vers et la façon de les escher.
Nous donnons les endroits où les récolter, mais sachez qu’il y a beaucoup plus simple : on les trouve chez tous les marchands d’articles de pêche.

 

L’arénicole ou ver marin

arenicole.jpg

On trouve l’Arénicole sur les plages de sable et de vase dans un terrier creusé en forme de “U”. L’entrée du tunnel est un petit entonnoir circulaire et la sortie est marquée par un tortillon de sable : ses excréments.
L’arénicole est un gros ver, de 10 à 25 cm, que l’on enfile par la queue, en faisant ressortir l’hameçon un peu avant la tête. On peut la locher avec une aiguille à ver.

 

Les néréides de sable (néréides blanches)

nereides.jpg

Se trouvent à marée basse, très peu profond, mais difficilement : il vaut mieux les acheter. Vers fragiles, qu’il vaux mieux accrocher à l’aide d’une aiguille à vers.

 

Le bibi

Bibi.jpg

Gros ver blanc tirant sur le rose de 5 à 12 cm. Particulièrement prenant pour la daurade royale et le pageot en Méditerranée, il fait aussi le régal des loups et des bars.
Encore un ver très fragile, à escher à l’aider d’une aiguille.

 

Jumbo ou coréen ou néréide de vase verte

Jumbo.jpg


Ce gros ver (15 à 25 cm) est particulièrement efficace pour le bar, notamment en pêche de nuit, de par sa phosphorescence. On le pique soit par la tête, le corps laissé libre de vibrer dans l’eau, soit en grappes attachées par la tête.

 

Néréide de vase (ou pelouse, gravette, demi-dure, et bien d’autres appellations)

Demi dure.jpg

 


Se récolte à marée basse dans la vase, par grappes entières.
Ce petit ver est très polyvalent et peu sélectif, et prendra donc un peu toutes sortes de poissons. Pour le bar, il est conseillé d’en fixer un bon nombre sur l’hameçon, cet appât « grouillant » a des chances d’attirer un labrax.

 

Ver américain (blood worm , ver de sang , ver sangsue)

ver americain.JPG


Venu d’Amérique, ce ver rose tirant sur le rouge, d’une taille de 6 à 20 cm, est aussi un ver à conseiller pour la pêche du bar.

 

 

 

 

Mon montage :

montage_buldo.gif

 

Quels sont vos montages?

 

Alain

   

 



06/05/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Nature pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres