Cannes Pêche

Cannes Pêche

Calamar

 

 

Sur la Côte d’Azur, la pêche du calamar du bord se pratique la nuit de septembre à mars (les mois de novembre, décembre, janvier et février sont les plus fastes).
Ce céphalopode est présent sur tous les fonds (rocheux, algue, sableux…) et on peut le trouver à peu près à tous les endroits de la côte (port, plage, digue, roche…), cependant j’ai remarqué que les secteurs de type falaise, profonds d’environ 10-15 mètres étaient plus propices aux gros spécimens.  1KG500

 

PECHE A LA TURLUTTE :

 

Les différentes turluttes

 

Pour pêcher le calamar à la turlutte, 2 possibilités :


A / Avec une bombette :

Le montage turlutte+bombette


Il suffit de prendre une canne à bombette avec un moulinet mi-lourd garni de 25-28 /100, de mettre une bombette plongeante ou semi-plongeante et une turlutte sur un bas de ligne de 1m à 1m50. L’action de pêche se traduit par une animation soit linéaire (forme de poisson) ou saccadée (forme de gambas), pour indication la vitesse de récupération est moins rapide que pour la pêche des poissons chasseurs. Les premières prises permettent de déterminer la profondeur exacte de pêche, la touche se traduit par une lourdeur, il suffit alors de ramener régulièrement sans laisser de mou.

 

B / En direct :

 

      Prise 1kg a la turlutte


Prendre une canne à leurre 15/40gr de 2m70/3m, un moulinet léger garni de 25/100, monter directement une turlutte (ou un train de turluttes) ; l’animation est identique à la pêche avec bombette. Il ne faut pas hésiter à changer de turlutte (flottante, plongeante, semi-plongeante) régulièrement pour trouver la bonne profondeur de pêche.


LA PECHE AU BOUCHON LUMINEUX :



Pour la pêche au bouchon, il faut une canne assez longue (3m50 minimum) et relativement nerveuse pour pouvoir lancer le montage à 20-50mètres et un moulinet garni en 40/100-45 /100. Le diamètre du fil permet d’éviter de casser trop souvent car le fil va couler et frotter contre le fond. Pour le montage, il suffit de mettre un bouchon lumineux coulissant d’une bonne portance (40gr), un émerillon (selon la taille de la sardine, on peut rajouter un petite olive 10-20gr) et sur une calamarette on enfile une sardine (severeau, bogue…) que l’on peut entourer de fil élastique pour qu’elle tienne mieux.

 


Après avoir réglé la profondeur de pêche, on lance le tout et il suffit d’attendre, lors d’une touche il faut ferrer doucement puis ramener progressivement sans à coup car les calamarettes n’ont pas d’ardillons, si le calmar lâche, on s’arrête de mouliner et normalement celui-ci revient sur la sardine.

 


LA PECHE A FOND :

A/ les fonds sont dégagés :


Il suffit de prendre une calamarette d’enfiler une sardine (ou autre) que l’on entoure de fil élastique et on lance le tout (plombée facultative). Lors d’une touche, même technique que pour la pêche au bouchon.
En pêchant ainsi, congre, poulpe, seiche … pourront être capturés.

 

 

 

B /les fonds sont encombrés :


Pour éviter d’accrocher, on enlève la calamarette et on met directement une bogue ou un severeau sur le fil (beaucoup plus résistant que la sardine) et on l’attache ainsi. En effet, lors d’une touche, le calmar ne lâchera pas sa proie et vous pourrez le ramener au bord lentement et régulièrement (s’il lâche, arrêter la récupération jusqu'à ce qu’il revienne). Au bord, il faut légèrement éclairer et là, 2 options, soit on passe discrètement un salabre derrière le calmar puis on remonte jusqu’à ce qu’il soit à l’intérieur ou on opte pour la romagnole que l’on fait descendre à l’aplomb de la ligne et on accroche le calmar d’un coup sec à la remontée. Cette technique est très amusante à deux et très compliquée seul, mais les ratés sont plus nombreux qu’avec les autres techniques.

 

Prise à la romagnole


Voilà les différentes techniques de pêche au calmar, lorsque j’y vais, j’opte pour 2 cannes au bouchon (une 1m au-dessus du fond, l’autre à 1m de fond) et une équipée d’une bombette semi-plongeante et d’une turlutte, cela me permet de déterminer à quelle profondeur sont les calmars.
La pêche du calmar est distrayante car les bredouilles sont rares et la défense d’un gros calmar vaut celle de pas mal de poissons. L’hiver, elle permet de continuer à passer du temps au bord de l’eau et le froid est vite oublié lors du passage d’un banc.

 

 

Alain



15/05/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Nature pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres